Rocher Manitou

Panneau d'interprétation- Le rocher Manitou

Le rocher Manitou, situé sur la rive ouest du lac Simon, est perpendiculaire à l'îlot rocheux au nord de l'île Canard-Blanc. Un mur d'une seule pierre légèrement inclinée vers l'intérieur, orientée au soleil du matin, plonge dans l'eau. Des promeneurs, qui s'y aventurent, arrosent le rocher dans le but de déceler la forme visible du Manitou, la tête d'un chef Indien. […]

Les premières lumières de l'écriture vivent dans les peintures des cavernes, les animaux représentés illustrent des récits, des croyances en relation avec des êtres mythiques ou spirituels. Dans le cas des peintures rupestres du Bouclier canadien, il s'agit d'une exécution sur le flanc d'une paroi, souvent en bordure d'un cours d'eau. Les Algonquins saluaient le rocher Manitou à partir de leur canot. L'un d'eux invoquait l'ancêtre Nenabojo où des animaux fabuleux prenaient part aux récits du déluge universel. Les colons furent témoins des rituels des familles qui empruntaient le lac Simon pour se rendre sur leurs territoires de chasse. Raoul Gadbois reproduisit, dans le Livre vert, des propos que Catherine Canard Blanc eut avec Michelle Tisseyre, lors d'une entrevue à la télévision de Radio-Canada : « Les Indiens venaient de Lorette, de Caughnawaga, d'Oka, pour saluer le Grand Manitou, surtout pour les grandes fêtes de la chasse durant l'été des Indiens. Nos parents nous défendaient d'approcher de la pierre, car le Grand Manitou n'aimait pas les provocations. Cette fameuse pierre, que les Indiens vénéraient comme un dieu, c'était le dieu de la guerre… et des gravures rouges réapparaissent lorsqu'on y jette de l'eau. » […]

L'Homme-Lièvre apparaît sur une falaise en Haute-Côte-Nord, au lac Mazinaw dans le parc Bon Echo, au lac Abamatagwia, à Peterborough.

Authentifié par des chercheurs de l'Université du Québec à Montréal et de l'Université Laval, à Québec, le rocher Manitou serait la plus importante manifestation archéologique de l'art rupestre de la Petite-Nation. Peu de sites rupestres ont été inventoriés au Québec comparativement à l'Ontario où on en dénombre plus de 500. Il en existe deux en Outaouais, le rocher de l'Oiseau, en amont de l'île aux Allumettes sur la rive québécoise, et le rocher Manitou. Les historiens de l'art rupestre n'ont pas, à ce jour, daté les peintures mais s'entendent pour les attribuer à la culture algonquienne.

Source: Jean-Guy Paquin, extraits du livre Le pays de Canard Blanc, Écrits des Hautes-Terres, Montpellier, 271 pages, 2004. © Écrits des Hautes-Terres et Jean-Guy Paquin.

Vous pouvez vous procurer les livres Le pays de Canard Blanc et Au pays des Weskarinis de Jean-Guy Paquin à la Librairie Le premier côté du monde 49 Rue Principale, Chénéville, QC J0V 1E0 tel:(819) 428-4080.

 

 

 

 

Laisser un commentaire