Le Canard Blanc – Automne 2008

MOT DE LA PRÉSIDENTE

L’Association des propriétaires du Lac Simon est un groupe de défense des intérêts ayant pour objectif la protection de l’environnement, de la qualité de l’eau et de la qualité de vie. Depuis sa création en 2001, de nombreux dossiers politiques et environnementaux ont été traités, comme l’injonction décrétant comme zone protégée une partie de la plage sauvage de la Sépaq à Duhamel. Nous avons contribué par nos interventions à l’adoption, par les municipalités, de règlements favorables à la qualité de notre eau et de notre vie.

La santé des lacs, la qualité de l’eau de même que la gestion des déchets sont actuellement des enjeux de taille pour l’ensemble des Québécoises et des Québécois. Au lac Barrière, en 2006, des algues bleues sont apparues dans la baie de l’Ours. En 2008, des conditions favorables à l’éclosion d’algues bleues étaient présentes dans les baies Groulx et Yelle du lac Simon. Il y a eu des interdictions préventives de baignade et de consommation d’eau. Contre toute attente, nous sommes devenus vulnérables. Chacun d’entre nous en tant que citoyen responsable se doit d’agir pour préserver la santé de nos plans d’eau. Selon des études récentes, toutes les activités se déroulant dans un bassin versant ont maintenant un impact sur la qualité des cours d’eau et des lacs, qu’il s’agisse des ruisseaux, de l’eau de ruissellement ou de la nappe phréatique. Ainsi, toutes les activités dans la région qui nous entoure ont une incidence. Ce n’est donc pas uniquement la responsabilité des propriétaires riverains. Chacun d’entre nous, que nous soyons propriétaire, villégiateur, commerçant, entrepreneur ou élu municipal, doit se soucier de toutes ces questions relatives à l’environnement.

L’heure n’est plus à la discussion mais à l’action. Individuellement, nous pouvons poser des gestes concrets qui ont des conséquences pour la collectivité : la conformité des installations septiques, la réduction des produits à base de phosphate et d’azote, la revitalisation des bandes riveraines, la réduction des effets indésirables des murets de retenues par la plantation de vignes ou d’autres végétaux, etc. Quant aux élus municipaux, la loi leur confère des pouvoirs en matière d’environnement. Ils ont donc la responsabilité d’adopter et de faire respecter des règlements favorisant la protection de l’environnement. De ce fait, ils envoient un message clair à l’ensemble des citoyens.

Il en va de la survie des cours d’eau et de notre lac, ainsi que de toute l’économie d’une région basée sur la villégiature et les activités récréo-touristiques.

Lise Villeneuve, présidente

Notre nouvelle présidente fréquente et aime le lac Simon depuis 1969. Le lac a d'ailleurs joué un rôle important dans sa vie car, comme d’autres parmi nous, elle y a fait la connaissance de son défunt époux Jean‑François Houle, petit‑fils d'Urbain Chéné et arrière petit‑fils d'Hercule Chéné, fondateur de Chénéville.Lise a successivement partagé le chalet familial de ses beaux-parents situé près du Manoir du lac Simon et loué un chalet dans la baie Yelle pendant de nombreuses années. Elle possède maintenant une propriété en bordure du lac près de la baie Carrée dont elle partage la jouissance avec son fils et son petit-fils ainsi que ses parents et amis. Son attachement au lac est profond et elle y a ses racines. Je la remercie sincèrement d'avoir accepté le poste de présidente de l'APLS.Je demeure active au sein de l'Association à titre de vice‑présidente. Je profite de l'occasion pour vous remercier toutes et tous du soutien que vous avez apporté à l'APLS et à son exécutif au cours des quatre dernières années.Lyse Leduc, vice‑présidente, Communications

LE BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE PETITE‑NATION

J'aimerais d'abord rappeler que la gestion intégrée de l’eau par bassin versant est un mode de gestion qui tient compte d’une notion géographique plutôt que du découpage démographique ou politique d’un territoire.Par bassin versant de la Petite‑Nation, on entend l’ensemble des eaux de ruissellement qui s’y déverse, c'est‑à‑dire les eaux de surface et les eaux souterraines.Depuis la mise en œuvre de sa politique de l’eau en 2004, le ministère de l’Environnent du Québec a donné priorité à 33 rivières ou cours d’eau tout en créant un organisme de bassin versant pour chacun d’eux.

Ces organismes, qui sont en quelque sorte des tables de concertation auxquelles prennent part tous les acteurs de l’eau, ont été subventionnés au fil des ans. Des gens du milieu du développement économique ainsi que des représentants des municipalités et des associations forment ces organismes. Ensemble, ils mettent en œuvre et font respecter un plan directeur qui vise à protéger la qualité de l’eau.

La rivière Petite‑Nation n'a pas été désignée prioritaire et aucun organisme de bassin versant n'existe non plus.

Étant donné qu’on peut tout de même utiliser les ressources du milieu pour créer un tel organisme, sans qu'il soit nécessairement subventionné, de concert avec les municipalités de Lac‑Simon et Duhamel et l’Association des propriétaires du lac Gagnon, nous avons présenté une demande en janvier dernier auprès de la MRC Papineau pour que celle-ci devienne le maître d’œuvre de l’organisme de bassin versant de la Petite-Nation. La MRC venait d'embaucher un responsable de l’environnement, soit monsieur Alexandre Richard. Nous avons ainsi cru que le dossier avancerait rapidement. Au Forum sur les lacs, qui s'est tenu à Ripon en juin dernier, nous avions même eu la confirmation que les choses se concrétiseraient. Or, plusieurs mois se sont écoulés et nous attendons toujours. Je sais que le ministère de l’Environnement veut grouper des rivières et mettre sur pied des bureaux régionaux d’experts pour desservir les organismes. Dans le cas de la rivière Petite-Nation, on se demande si elle sera groupée avec les rivières la Diable et du Nord, dont le bureau responsable serait probablement situé à Lac‑des‑Plages, ou si elle fera partie du groupe de la rivière du Lièvre.Nous avons manifesté le désir d’être jumelé à la Diable pour des questions de convivialité et aussi parce que les deux rivières ont des caractéristiques communes, soit un environnement plutôt touristique qu’agricole. Nos problématiques étant similaires, nous croyons qu’il est logique de nous jumeler à la Diable pour pouvoir bénéficier d’une même expertise. Les rencontres pourraient aussi se tenir dans un lieu moins éloigné pour nous.Enfin, il semble qu’aucune décision n’ait été prise à ce jour et pendant que les politiques se mettent en place, rien ne se fait. La rivière Petite‑Nation et les lacs environnants souffrent non seulement de pollution en raison du développement humain mais aussi d’un embourbement bureaucratique et politique.

Claude Ricard, au nom de l’APLS

RÉSEAU DE SURVEILLANCE VOLONTAIRE DES LACS DE VILLÉGIATURE QUÉBÉCOIS (RSV‑LACS)

L'APLS s'est jointe au RSV‑Lacs du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP). De mai à septembre, des membres de votre conseil d'administration, qui s'étaient portés volontaires, ont utilisé leurs embarcations pour effectuer cinq prélèvements d'eau à deux sites déterminés par les experts du ministère. L'APLS a payé 909 $ pour s'inscrire à ce programme, mais les municipalités de Lac-Simon et de Duhamel l'ont remboursée pour le coût de cette adhésion. À titre d'information, voici un extrait d'un communiqué de l'équipe du RSV‑Lacs du ministère : « L'activité humaine est la principale cause d'accélération du processus naturel d'eutrophisation (vieillissement) des lacs. L'eutrophisation est en fait une transformation progressive des lacs provoquée par l'augmentation de leur productivité biologique (plus de plantes aquatiques, plus d'algues, plus de sédiments vaseux, changement des espèces de poisson qu'on y trouve, etc.). L'augmentation de cette productivité biologique est causée par l'enrichissement de l'eau par des matières nutritives comme le phosphore et l'azote. Le visage de nos lacs change, et, malheureusement, les activités qu'on y pratique aussi. Parce qu'il est plus facile de prévenir que guérir, il est important de suivre l'évolution de l'enrichissement des lacs québécois en mesurant régulièrement la transparence de l'eau ainsi que les teneurs en phosphore et en « chlorophylle a » retrouvées dans l'eau.

La transparence de l'eau d'un lac est cependant influencée par sa couleur naturelle, c'est pourquoi nous mesurons aussi le carbone organique dissous (COD) qui représente une mesure indirecte de la couleur de l'eau. La « chlorophylle a » est le pigment vert présent dans les plantes et les algues. La concentration de « chlorophylle a » mesurée est proportionnelle à la quantité d'algues microscopiques en suspension dans l'eau. » Les résultats des prélèvements nous seront communiqués en avril 2009. Pour en savoir plus sur l'eutrophisation des lacs et sur l'approche adoptée dans le cadre du RSV‑Lacs, consultez le site Internet du MDDEP à l'adresse suivante :

http://www.mddep.gouv.qc.ca/eau/rsv-lacs

Richard Sabourin, trésorier

Créée en collaboration des municipalités de Duhamel et Lac-Simon
Par Corine Dubois, inspectrice en installation sanitaire

Protection des rives et du littoral et des plaines inondables LQE art 2.1.

Végétalisation - Graminées

Terrain semis sec, Talus Haut. Terrain humide Haut. Les pieds dans l’eau Haut.
Verge d’orAgrostis blanc

Phléole des prés

Fétuque rouge

Trèfle blanc

1 m50 cm

50 cm

50 cm

12 cm

Carex (vivace)Phalaris roseau

Fougère-à-autruche

Osmonde royale (fougère)

Populage des marais
(fleur jaune)

Salicaire commune
(fleur mauve)

Calamagrostide du Canada
(foin bleu)

Iris versicolore

Lobélie du cardinal

Hémérocalle fauve

Barbe-de-bouc

50 cm1,8 m

2 m

1,2 m

30 cm

1,5 m

1,5 m

55 cm

90 cm

1,5 m

1,5 m

Phalaris roseaux
(vivace)Populage des marais
(fleur jaune)

Potentille palustre

Iris versicolore

1,8 m30 cm

50 cm

55 cm

Végétalisation - Arbustes

Terrain semis sec, Talus Haut. Terrain humide Haut. Les pieds dans l’eau Haut.
Cornouiller stolonifèreParthénocisse à 5 feuilles

Almenchier

Rosier rugueux

Viorne trilobée

Viorne cassinoide

3 m2,5 m

3 m

1,5 m

3 m

3 m

Erable à épisMyrique baumier
(feuillage odorant)

Parthénocisse à 5 feuilles

Cornouiller stolonifère

Aulne rugueux

Rosier rugueux

Viorne trilobée

Viorne cassinoide

Pigarmont pubescent
(ombre)

Saule arctique

Sureau du Canada

5 m1,5 m

2,5 m

3 m

2 m

1,5 m

3 m

3 m

2 m

1,5 m

3 m

Saule intérieur
(fait des stolons)Aulne rugueux

Saule arctique

3 m2 m

1,5 m

Végétalisation - Arbres

Terrain semis sec, Talus Haut. Terrain humide Haut.
Bouleau à papierCerisier de Virginie

Chêne blanc

Chêne rouge

Épinette blanche

Peuplier tremble
(sol perturbé)

Pruche du Canada
(terrain rocailleux)

Érable à sucre

Pin blanc

25 m9 m

35 m

25 m

25 m

25 m
 

30 m
 

30 m

25 m

Bouleau à papierCerisier de Virginie

Épinette blanche

Érable à Giguère
(feuilles composées)

Peuplier tremble

Érable argenté

Érable rouge

Saule blanc
(se taille bien)

Pruche du Canada

Érable à sucre

Bouleau jaune

Thuya occidental

Tilleul d’Amérique

Chêne bicolore

25 m9 m

25 m

20 m

25 m

35 m

25 m

30 m

30 m

30 m

25 m

20 m

35 m

22 m

FAISONS DES CHOIX ÉCOLOGIQUES!On peut maintenant trouver des détergents à lessive, des assouplisseurs et des liquides à vaisselle sans phosphate, dont le Bio-Vert.

DES ALGUES BLEUES (CYANOBACTÉRIES)?

NON MERCI!

LET'S MAKE GREEN CHOICES!It is now possible to find phosphate‑free laundry detergents, fabric softeners and dishwashing liquids, such as Bio-Green.

BLUE-GREEN ALGAE (CYANOBACTERIA)?

NO THANKS!

Pour en savoir plus sur les cyanobactéries / To learn more about cyanobacteria

RECENSEMENT DES OISEAUX DE NOËL (RON) - ÉDITION 2008

Le deuxième recensement des oiseaux de Noël pour la région de Duhamel et des lacs avoisinants aura lieu le dimanche 23 décembre. Pour bon nombre d’ornithologues amateurs, ce recensement, une tradition vieille de 106 ans, est l’événement le plus marquant de l’année. Les données recueillies sont transmises à Études Oiseaux Canada, un organisme associé à la Société Audubon. Organisés par des compilateurs régionaux, les recensements sont effectués par des ornithologues amateurs bénévoles. Toute personne, qu'elle soit observatrice débutante ou chevronnée, peut participer au recensement. On peut parcourir le territoire en automobile, visiter un site particulier ou observer et compter les oiseaux à partir de ses propres mangeoires. L'activité, qui se déroule sur une période de vingt-quatre heures, est organisée localement par Daniel Perrier, nouveau membre de votre conseil d'administration. Le territoire, délimité à l’intérieur d’un cercle dont le diamètre est de 24 km de Duhamel, est divisé en quatre secteurs pour lesquels nous aurons besoin de volontaires. L'événement se terminera à 14 h par un dîner de fèves au lard pendant lequel nous ferons le grand décompte et déterminerons le secteur dans lequel le plus grand nombre d’espèces a été recensé. Pour participer et vous faire assigner un secteur dans le territoire de recensement, veuillez communiquer avec Daniel au 613‑842‑7989, ou au 613‑355‑4995 le week-end.

Compte rendu du recensement de 2007

Le deuxième recensement des oiseaux de Noel pour le secteur de Duhamel a eu lieu le samedi 22 décembre 2007. Neuf personnes, dont certains membres du Club des ornithologues de l'Outaouais (COO), ont parcouru le territoire, qui comprend notamment les lacs Simon, Gagnon et Petit lac Preston. La température était clémente comparativement aux conditions de pluie verglaçante de l'an passé, et toutes les routes de la réserve faunique Papineau‑Labelle étaient accessibles. Les amateurs d'avifaune « étaient aux oiseaux »! Au terme de l'exercice, nous avons pu dresser une liste de 25 espèces recensées, soit deux de plus que l'année dernière. Parmi les espèces inusitées recensées, mentionnons un harle huppé, observé près du pont qui sépare les lacs Simon et Barrière, un grèbe jougris, aperçu à l'embouchure de la rivière Petite‑Nation à Duhamel, et une chouette rayée, perchée près des mangeoires de madame Carrière. L'événement s'est terminé à Duhamel par la dégustation des fameuses fèves au lard au chorizo espagnol mijotées par Daniel Perrier. Il s'agissait d'une première expérience du genre pour un certain nombre de bénévoles; plusieurs ont manifesté le désir de participer au RON de 2008.

Daniel Perrier, au nom de l'APLS

EN COMMENÇANT PAR LA FIN

Vos voisins n'ont pas encore adhéré à L'APLS ou n'ont pas renouvelé leur carte de membre? Lorsque vous aurez terminé la lecture du Canard blanc, ne le mettez pas tout de suite au recyclage; offrez-le leur plutôt pour qu'ils puissent en prendre connaissance.

Cette entrée a été publiée dans Bulletin, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire